En finir avec le bizutage : #JeDisStop

Vendredi 13 septembre 2019
Imprimer

Intégrer, c’est accueillir, ce n’est pas humilier ! Nouveaux étudiants, vous pouvez être confrontés au bizutage. Le bizutage n’est pas un mode d’intégration mais un délit puni par la loi.

 

JeDisStop au bizutageEn cette rentrée 2019,  le Service inter-universitaire de prévention et de promotion de la santé (Simpps) de l’Université fédérale s’associe au Comité National contre le bizutage (CNCB) pour lutter contre cette pratique punie par la loi depuis 1998.

Mobilisez-vous également en participant à la campagne sur les réseaux sociaux. Pour soutenir le mouvement  écrivez "stop" sur vos phalanges et postez un selfie poing en avant accompagné de #jedisstop.

Twitter : #JeDisStop

Facebook : CNCB, le comité national contre le bizutage

Instagram : bizutagejedisstop

Faire ensemble et pas les uns contre les autres est la première étape pour échapper à la logique du bizutage.  Tous les élèves - anciens et nouveaux- doivent avoir envie de participer aux activités proposées et le prix ne doit pas être dissuasif.  Faire ensemble toutes promotions confondues est sans doute la meilleure façon de faire connaissance, cela évite aussi aux nouveaux souvent intimidés et en position de faiblesse de se sentir observés voire jugés ou moqués par les anciens

Préconisations du CNCB comme alternative au bizutage

 

Si vous êtes témoins ou victimes de bizutage, en situation de mal être à cause du bizutage, des professionnels peuvent vous aider au Service inter-universitaire de prévention et promotion de la santé.

 

BIZUTAGE, rappel du Code pénal : "(...) le fait, pour une personne, d'amener autrui, contre son gré ou non, à subir ou à commette des actes humiliants ou dégradants ou a consommer de l'alcool de manière excessive, lors de manifestations ou de réunions liées au milieu scolaire (...) Il est puni de 6 mois d'emprisonnement et de 7500 euros d'amende"

 
 
 

©bizutagejedisstop.org

 

 

Tags: 

Sur le même sujet