Faire une année de césure

Mercredi 14 février 2018
Imprimer

Tout le monde en parle et même certains établissements d’enseignement supérieur l’encouragent. Depuis 2015, vous avez officiellement le droit de de vous orienter vers un autre projet pendant quelques mois même voire un an pendant vos études. Cette année de césure est maintenant encadrée juridiquement par une circulaire qui officialise aux yeux des autorités cette « pause » et ça c’est un plus non négligeable.

Le fonctionnement

La césure:

  • devra  durer entre 6 mois et un an
  • débutera obligatoirement en même temps qu'un semestre universitaire
  • pourra être effectuée dès le début de la première année de cursus mais ne pourra pas l'être après la dernière année

La première étape par laquelle vous devez passer est incontournable : adresser une lettre de motivation au chef de votre établissement afin que celui-ci valide votre projet.
En fonction de votre projet, il décidera des modalités de votre césure à savoir : maintien des bénéfices du statut étudiant (sécurité sociale étudiante, maintien du droit aux bourses, etc.), prise en compte des compétences acquises en donnant droit ou non à l'obtention d'ECTS.
Ces modalités seront principalement définies par rapport à l’activité que vous réaliserez pendant votre césure. Par exemple, si un salaire vous est versé, vous ne bénéficierez pas du maintien de vos bourses.

Les conditions à respecter

Il faut bien entendu que vous vous inscriviez dans l’établissement où vous avez suivi votre cursus post-bac pendant votre année de pause. A votre retour, vous devez vous réinscrire dans cet établissement et ce dernier s’engage à garantir votre réinscription sans repasser par l’étape « sélection ».

Important : si l’établissement ne met en place aucun dispositif de suivi pédagogique pendant votre césure, une exonération totale des droits d'inscription de l’année en question doit être appliquée.

L’objectif de la césure

La césure a pour but de vous donner la possibilité de vous enrichir d’une nouvelle expérience pendant votre formation post-bac afin de mûrir votre projet d'avenir.
Plein d’options s’offrent à vous : vivre une expérience nouvelle en France ou à l’étranger que ce soit de façon autonome ou au sein d'un organisme d'accueil.

Quelques pistes

Envie de confirmer ou d’infirmer votre orientation professionnelle, que ce soit en France ou à l’étranger ? Optez pour :

  • le stage (pour un stage à l’étranger, consultez notre fiche « Partir en stage à l’étranger »)
  • la découverte d’un autre domaine d’étude

Mais ce projet peut aussi s’inscrire dans une toute autre démarche. Pourquoi ne pas profiter de cette opportunité pour partir voyager « en sac à dos » ? Ou combiner voyage et pauses sur le chemin pour faire du volontariat associatif ? Vous souhaitez faire quelque chose de complètement différent comme, par exemple, vous occuper d’animaux, participer au développement d’un centre de yoga, travailler à la réception d’une auberge de jeunesse, enseigner votre langue en échangeant avec quelqu’un désireux de l’apprendre, aider une famille à gérer son quotidien ou encore monter un projet artistique au sein d’une association, pensez à considérer ce type de césure. En échange du service rendu, l’hôte qui vous recevra vous offre, en règle générale, l’hébergement voire les repas. Le type de structure d’accueil est très variable, on trouve de tout : association, école, famille, individuel, ONG, centre sportif, communauté, etc.
Ou encore faire du wwoofing en travaillant dans le réseau mondial de fermes bio ? L’acronyme, à ses débuts, signifiait « Working weekends on organic farms » (week-ends de travail dans des fermes bio). Aujourd’hui, le concept a évolué et Wwoof veut dire « World wide opportunities on organic farms » (opportunités dans les fermes bio mondiales). Les hôtes offrent la nourriture et l'hébergement mais surtout c’est l’occasion de découvrir ce qu’est le quotidien d’une ferme ou d’une exploitation agricole familiale. Cela demande au wwoofer, donc à vous, un investissement et à l’hôte le partage de son savoir-faire. Ou travailler comme au pair afin de vous immerger dans la culture du pays pendant quelques temps ?  Ou faire volontariat ? (Consultez notre fiche « S'engager dans le cadre d'un volontariat »).

Conseil : Quelle que soit l’option que vous choisissez, gardez en tête que c’est votre chef d’établissement qui validera ou non votre année de césure, donc pensez à être cohérent dans votre projet. Tout est défendable tant que vous amenez bien les choses !

Pour plus d’infos

Concernant la césure en elle-même, consultez la circulaire et rapprochez-vous de votre établissement.
Pour le wwoofing, consultez le site qui offre des liens vers tous les pays (environ une centaine) qui font partie du réseau.
Pour le volontariat associatif, consultez le site qui est loin d’être le seul dans le domaine mais qui a l’avantage d’être relativement accessible niveau prix (29€/an) et qui offre de nombreux hôtes et un vaste choix en termes d’activités.
Dans le cas d’une césure à l’étranger, pensez à consulter nos « Fiches pays », ainsi que nos rubriques « Préparer son départ » et « Financer sa mobilité ».

Sur le même sujet