Inthuga SINNARASA, Docteure en Science des matériaux

Vendredi 10 mai 2019
Imprimer

Inthuga SINNARASA
Docteure en science des matériaux
Thèse soutenue en 2018
Université Toulouse III - Paul Sabatier
École doctorale SDM l Laboratoire CIRIMAT


Inthuga SINNARASA, Docteure en Science de matériaux

Qui es-tu ?
Je m'appelle Inthuga SINNARASA. Je suis née au Sri Lanka. Je suis arrivée en France en 2002 en tant que réfugiée politique. Je vis actuellement à Toulouse. Je suis passionnée par l'art et la science.

Parle-nous de ta thèse !
Un jour, on pourra charger la batterie des montres connectées en utilisant la chaleur humaine ou encore, on pourra utiliser la chaleur perdue par les pots d’échappement pour alimenter le climatiseur. Dans ce cadre, mes travaux de thèse consistaient à étudier et optimiser la performance des matériaux oxydes pour les propriétés thermoélectriques. Autrement dit, il existe des matériaux qui, lorsque l'on applique une différence de température à ces bords, ont la capacité de convertir cette chaleur en électricité et vice-versa. Toutefois, le rendement de cette conversion reste très faible. L'objectif de ma thèse est d'augmenter ce rendement en optimisant l’épaisseur et la microstructure des matériaux. Cet objectif est partiellement atteint à la fin de ma thèse mais reste encore à améliorer.

Quelle est ta profession actuelle ?
Je suis actuellement en post-doc CNRS au CIRIMAT. J'étudie les couches minces d'oxydes sensibles pour la détection de gaz dans le cadre d'un projet européen. Je suis également dans un comité d'organisation d'un workshop qui rassemble les industriels et les chercheurs autour de la thématique de capteur de gaz à faible coût.

Quelles sont les compétences techniques et les compétences humaines (on parle aussi de soft skills) que tu peux clairement lier, avec le recul, à ton expérience de doctorat ?
Les compétences techniques que je peux lier à mon expérience de doctorat sont l'élaboration de couches minces d'oxyde, les caractérisations structurales, microstructurales, électriques, optiques, thermoélectriques, thermiques et la modélisation. Quant à mes compétences humaines, je peux citer la curiosité, la capacité d'adaptation et la patience.

Ça fait quoi d'être Docteur, au quotidien ? Est-ce que ça t'a ouvert des portes ?
Le fait d'avoir un doctorat m'a permis de poursuivre mes recherches directement avec un contrat de post-doc.

Quels souvenirs gardes-tu de ton doctorat ? Les moments forts, les moments durs, la soutenance...
J'ai surtout des souvenirs très positifs de mon doctorat. J'ai surmonté la peur de prendre la parole en public lors des conférences. J'ai pris confiance en moi. De plus, j'ai réussi à être conciliante avec mes encadrants lors des corrections des articles et du manuscrit de thèse.

Que souhaiterais-tu dire aux autres Docteurs du réseau de l'Université de Toulouse ainsi qu'aux doctorants actuels ?
Même si, le doctorat n'a pas encore une valeur suffisante sur le marché du travail en France, il y a une certaine fierté à avoir ce diplôme prestigieux.

Question bonus : qu'attendrais-tu d'un réseau alumni docteurs ?
Ça serait intéressant de créer un group meetup et faire des évènements ou afterwork plus souvent pour bâtir vraiment un lien avec tout le monde.

 

 

Crédit photo : ©SInthuga SINNARASA

 

 

Sur le même sujet