Le protoxyde d’azote, ou gaz hilarant

Mardi 15 juin 2021
Imprimer

Le proto est un gaz stocké dans les cartouches pour siphon à chantilly, dans les aérosols et dans des bonbonnes utilisées en médecine et dans l’industrie, il est donc facile de s’en procurer. Le protoxyde d’azote a des propriétés euphorisantes lorsqu’il est inhalé, c’est pourquoi il a été détourné de son usage.

 

Quels sont les effets du protoxyde d’azote ou gaz hilarant ?

Le protoxyde d’azote (ou N2O, c’est sa molécule), est un psychodysleptique, c’est-à-dire qu’il modifie la perception et entraîne un état hallucinatoire ou délirant.

L’inhalation de N2O entraîne :

  • Une euphorie comparable à de l’ivresse (crise de rire, par exemple)
  • Des distorsions visuelles et auditives
  • Une sensation de dissociation
  • Un état de flottement Les effets sont quasiment instantanés et disparaissent en 1 à 2 minutes.

 

Point scientifique sur le protoxyde d’azote

Les dangers du protoxyde d’azote sur le cerveau Le N2O va oxyder le système nerveux et créer une carence de vitamine B12.

Le manque de cette vitamine va entraîner une perte de la gaine de myéline. La myéline est une enveloppe qui recouvre les neurones et qui permet la bonne transmission des informations nerveuses de manière rapide et efficace.

Si la myéline est moins présente alors il peut y avoir une interruption des transmissions nerveuses. Quand le système nerveux central (SNC) est touché, le système nerveux périphérique (SNP) aussi. Le SNP rassemble l’ensemble des nerfs qui parcourent le corps et qui permettent de transmettre des messages nerveux au SNC et aux organes.

Si les informations nerveuses se transmettent moins ou plus du tout par manque de myéline, cela va causer des lésions de la moelle épinière. Ainsi certaines neurotransmissions ne peuvent plus se faire et on peut perdre l’usage de sensations (ne plus sentir le toucher, par exemple) et/ou de capacités motrices (impossibilité de marcher, par exemple).

Au-delà des risques pour le cerveau, il existe d’autres dangers à la consommation de proto (ex : chute, brûlure, etc)

 

Où s’informer ?

• Consultation au Simpps, le service de santé des étudiants

• Auprès des étudiants Relais-santé ERS

Association Delta France

• Association Avenir Santé.

• CJC

 

 

 

 

 

Sur le même sujet